EPFL : les sciences de la vie à l’honneur

17 septembre 2020 - Le Campus du Biopôle à Lausanne-Epalinges poursuit son développement : le site de huit hectares abritera bientôt un nouveau bâtiment financé et réalisé par la Caisse de pensions de l’Etat de Vaud (CPEV). L’infrastructure fournira des surfaces supplémentaires pour les laboratoires, bureaux et services.

EPFL : les sciences de la vie à l’honneur

Situé sur les hauts de Lausanne, le Biopôle scientifique accueille plus d’une centaine de sociétés et organisations, des start-up aux multinationales, en passant par des équipes de recherche dont certaines bénéficient d’une renommée internationale. Sa vocation est de favoriser les échanges entre mondes académique et entrepreneurial. Créé en 2004 par le canton de Vaud et développé en collaboration avec des promoteurs immobiliers, le site comprend actuellement huit bâtiments ; celui de la CPEV (baptisé « Leucine ») sera donc le neuvième érigé sur la parcelle qui autorise la construction totale de 134000 m2 de surface de plancher (à ce jour, seuls 54000 m2 sont construits).

« Le Biopôle est bien plus qu’un campus. C’est un écosystème unique en son genre principalement dédié aux sciences de la vie. Sa singularité vient de la diversité de ses membres qui nourrissent d’intenses collaborations propices à l’émergence de solutions innovantes » relève Nasri Nahas, Directeur Général de Biopôle SA. Aujourd’hui, 1700 personnes font partie de cette communauté dynamique. D’ici 2022, le site devrait héberger près de 3000 personnes, un chiffre qui s’élèvera à plus de 5000 à la finalisation du campus.

Investissement de la CPEV dans l’économie locale

Le Biopôle est l’un des sites stratégiques identifiés par le Projet d’Agglomération Lausanne-Morges (PALM). Ses principes directeurs d’aménagement sont dictés par un Plan d’Affectation Cantonal (PAC) qui le définit comme une pièce maîtresse à l’articulation entre espaces paysagers et zones urbanisées. Le périmètre à caractère hétérogène s’est construit progressivement ; l’édifice de la CPEV sera lui-même suivi de deux autres bâtiments réalisés par l’Etat de Vaud pour le CHUV et l’Institut Ludwig pour la Recherche sur le Cancer. Le Biopôle a récemment obtenu le label Nature & Economie, attestant de sites aménagés et entretenus de manière exemplaire; pour accéder à cette certification, au minimum 30% des surfaces extérieures doivent être proches de l’état naturel. Sur le campus scientifique, espaces végétalisés, biotopes - dont un étang abritant des oiseaux rares et des espèces protégées -, ainsi qu’aires de détente côtoient les constructions.

Le chantier du bâtiment Leucine vient de débuter pour une livraison prévue au premier trimestre 2023. Biopôle SA, propriétaire du terrain, a accordé à la CPEV un droit de superficie sur la parcelle dédiée à ce bâtiment. L’ouvrage de 9500 m2 accueillera environ 150 emplois. Il hébergera dans sa partie principale les bureaux et laboratoires ; des prestataires de services occuperont l’édicule implanté en toiture. Le projet comprend également un parking centralisé de 278 places, permettant de répondre aux besoins du secteur nord du campus.

Une surface extérieure qui se prolonge en belvédère sur le Léman et les Alpes

Le bâtiment Leucine forme un socle habité qui s’inscrit dans la pente. Le parti développé par le projet minimise autant que possible l’impact de la façade sur le paysage : ainsi, seuls trois des sept niveaux sont visibles. « C’est une proposition compacte, où les parties habitées du socle se concentrent sur trois étages baignés de lumière par la façade sud et par deux généreux patios, précise Nasri Nahas. Dans les quatre niveaux enterrés se tiennent les locaux de services (locaux techniques et parking) qui ne nécessitent pas de lumière naturelle ».

L’entrée, ainsi que des infrastructures destinées aux collaborateurs (restaurant, fitness, crèche, etc.) s’articulent dans un pavillon situé sur la toiture, espace ouvert remarquable. Cette surface extérieure complète l’espace public du campus en offrant une zone de détente et de rencontre supplémentaire.

La CPEV, par l’intermédiaire de sa gérante Retraites Populaires, applique une approche durable de la gestion de ses bâtiments. « Lors de constructions ou de rénovations, notre volonté est d’agir dans une démarche où les enjeux économiques et ESG (environnement, social et gouvernance) sont pris en compte » précise Stephen Sola, Président du conseil d’administration de la CPEV. Le concept énergétique du nouveau bâtiment, outre l’installation de panneaux solaires et un système de ventilation à double flux, est basé sur une production de chaleur par connexion au réseau lausannois de CAD (Chauffage à Distance). Une illustration supplémentaire de l’exemplarité vers laquelle tend le Biopôle vaudois !

par Véronique Stein

Article paru dans le Magazine immobilier.ch de septembre 2020