Green Village : un quartier durable au cœur de la Genève internationale

23 novembre 2020 - Situé dans la commune du Grand-Saconnex, Green Village est le premier projet immobilier genevois (et parmi les trois projets pilotes en Suisse) à bénéficier du label One Planet Living®. Le plan d’actions de durabilité repose sur dix principes. Entretien avec François Guisan, intégrateur Développement durable chez Implenia Suisse SA.

Green Village : un quartier durable au cœur de la Genève internationale

- Que trouvera-t-on à Green Village ?

- A l’angle de la route de Ferney et de la route des Morillons, le projet s’inscrit dans le quartier des Nations. L’ensemble comprend trois bâtiments de bureaux en location (plateaux divisibles dès 280 m2), un immeuble de logement (48 appartements de 3 à 5 pièces en PPE) et une crèche, un hôtel, et enfin un bâtiment réservé au Conseil œcuménique des Eglises (COE). Ce dernier conserve également le bâtiment central du siège, construit par les frères Honegger, en cours de rénovation et qui abritera une salle de conférence ouverte aux usagers du site. Entièrement piétonnier, le quartier est connecté à la ville par un réseau de transports publics et de mobilité douce ; deux parkings seront réalisés en souterrain. Chaque bâtiment de Green Village portera symboliquement le nom de l’un des grands accords internationaux sur le développement durable : Kyoto, Montréal, Rio, Lima, Durban et Stockholm. La première étape de construction sera achevée fin 2022 - début 2023, avec les bâtiments Kyoto (administratif) et Montréal (résidentiel).

- Qui sont les partenaires du projet ?

- Le Conseil œcuménique des Eglises - regroupant 350 Eglises membres - est le propriétaire du site ; le projet a été conçu par des bureaux d’architectes genevois de renom, à savoir LRS-architectes, Group8 et dl-a. La société Implenia Suisse SA intervient en tant que développeur, pilote et constructeur de Green Village. La location des surfaces administratives sera assurée par Jones Lang LaSalle (JLL). Enfin, la Commune du Grand-Saconnex - qui affiche depuis longtemps un engagement fort en faveur du développement durable - soutient le projet immobilier.

- Qu’est-ce que le label One Planet Living® (OPL) et quels sont ses buts ? Comment se distingue-t-il d’autres certifications octroyées à des quartiers durables ?

-  C’est l’Association suisse pour des quartiers One Planet Living qui est garante du label : elle promeut des quartiers durables, en accord avec les principes OPL de Bioregional et du WWF International. L’association a été fondée en 2018 par le WWF Suisse et Implenia, qui collaborent depuis plusieurs années. Ces partenaires désirent désormais élargir le cercle des membres fondateurs, pour créer un véritable réseau. One Planet Living répond aux principaux objectifs des Nations Unies et à ceux de la Société à 2000 Watts. L’association prend également en compte certains fondamentaux du WWF International, notamment en termes de protection de l’environnement, des écosystèmes et des espèces vivantes. OPL encourage une vision plus large de la durabilité, qui va au-delà des enjeux énergétiques. Le label intègre par exemple des critères peu considérés dans d’autres certifications, tels que l’alimentation locale, la culture et le patrimoine, le bien-être (confort visuel, acoustique, thermique ; choix de matériaux non polluants, etc.). Une autre spécificité : la démarche démontre, par ses approches d’investissement différenciées, qu’il est possible de créer des immeubles de qualité tout en restant compétitif sur le marché. Enfin, OPL est parfaitement compatible avec les règlements et les normes suisses en vigueur.

- Selon quelles conditions un quartier peut-il prétendre au label ?

- Il doit répondre aux dix principes de la démarche OPL, eux-mêmes déclinés en trente objectifs de performance et de qualité pour la Suisse. Les moyens d’atteindre ces objectifs sont définis dans un plan d’action spécifique à chaque projet, par des groupes de travail dédiés. La certification est dynamique : elle est attribuée au moment de la signature de la Convention qui lie les parties prenantes, et ce avec une obligation de résultat. Les indicateurs de performance sont suivis durant toutes les phases du projet - conception, planification, réalisation et exploitation - et doivent être respectés de manière globale sur l’ensemble du périmètre de quartier. Cela signifie que certaines performances peuvent être moins bonnes sur un secteur ou un autre du quartier, sur une phase ou une autre du procédé de mise en œuvre, pour autant que d’autres les compensent et que les cibles fixées soient globalement atteintes à terme. Le processus OPL honore des ambitions fortes, puis les contrôle ; une certification avec l’appellation One Planet Living peut donc être perdue si le quartier ne répond plus aux objectifs fixés.

- Quelles sont les actions fixées pour Green Village, lui donnant droit au label OPL ?

- Des matériaux de construction locaux sont favorisés, ainsi que le recyclage des matières issues de la démolition des immeubles existants. Les bâtiments seront alimentés à 100% par l’énergie renouvelable du sol (géothermie), par des panneaux solaires photovoltaïques produisant de l’électricité sur place et autoconsommée par les usagers, ou encore par une gestion en réseaux, comme le Microgrid. Ce dernier permet de mieux consommer, en optimisant simultanément les besoins et la fourniture d’énergie en temps réel. L’empreinte carbone du quartier sera ainsi nulle. Tous les bâtiments de Green Village respecteront les critères de Très haute performance énergétique (THPE). L’objectif zéro déchet, qui consiste à ne rien produire qui ne puisse être revalorisé, sera également atteint. En termes patrimoniaux, Green Village conserve le caractère originel du site, en respectant l’implantation des ailes initiales reliées au bâtiment central ; la conception paysagère de l’époque, avec le jardin dessiné par le paysagiste Walter Brugger, est également reprise dans le Masterplan. Quant à la mobilité, le site est bien desservi par les transports publics, notamment grâce à la future extension du tram 15. Green Village se trouve également au cœur d’un réseau de mobilité douce.

- Dans le cadre de ce projet, un accent tout particulier est mis sur la biodiversité. Comment avez-vous procédé ?

- Le quartier a fait l’objet d’un concours pour les aménagements paysagers qui intègre entièrement le cahier des charges développé par la méthode OPL-Biodiversité®. Cela implique des milieux de substitution (potentialités du site en termes de biodiversité), des surfaces perméables et enfin, la création d’habitats naturels reliés entre eux et avec le grand paysage. Par ailleurs, il s’agira de privilégier la gestion à ciel ouvert des eaux de pluies (noues, bassin de rétention).

- Quelles sont les perspectives d’avenir ?

- Une trésorerie de quartier sera constituée et gérée par les usagers, permettant de perpétuer la démarche au moment de l’exploitation ; cela se concrétisera par exemple avec la mise en œuvre de moyens de mobilité supplémentaires, du partage de services sociaux ou d’une dynamique culturelle. Avant même que le quartier durable soit construit, il suscite déjà l’intérêt : nous avons reçu récemment une délégation belge, qui s’est montrée enthousiaste vis-à-vis du concept. Nous espérons que les visions ambitieuses développées à Green Village donneront envie à de nouveaux partenaires de se lancer dans l’aventure OPL. Implenia travaille d’ailleurs sur d’autres périmètres en Suisse romande, mais c’est encore un peu tôt pour en dire davantage… on se reverra prochainement pour en parler !

Propos recueillis par Véronique Stein

Article paru dans le Magazine immobilier.ch de février 2020