Jardinage : fleurir les Jardins du souvenir

13 novembre 2020 - Novembre est traditionnellement un mois important pour rendre hommage aux personnes disparues. Les plantes, fleuries ou non, ont un rôle à y jouer. Au-delà des chrysanthèmes, cyclamens ou pensées, fleurs de référence, quelques plantes bien adaptées pour végétaliser les Jardins du souvenir. Gros plan.

Jardinage : fleurir les Jardins du souvenir

Particulièrement vigoureuse, la Bruyère alpine (Erica carnea) ou bruyère des neiges est la plus rustique des bruyères. Non seulement elle supporte des températures pouvant aller jusqu’à -15°C, mais aussi les vents violents et la pollution urbaine. Très florifère, elle s’épanouit en rose, rouge, violet, blanc de novembre jusqu’à fin avril pour les plus tardives. Comme l’Erica carnea « Rosalie » avec ses belles clochettes roses sur feuillage vert bronze.

Associé aux bruyères d’hiver, le Skimmia Japonica est également une plante incontournable pour les potées de novembre, qui ne craint pas le gel. Les fleurs étoilées blanches à odeur de fleurs d’oranger (mellifères) sont suivies en automne d’une multitude de petites baies rouge vif qui vont colorer tout l’hiver et régaler les oiseaux. Son feuillage persistant (toxique) dégage une odeur aromatique lorsqu’on le froisse.

Le Bergénia est une des plantes qui peuvent s’épanouir dans des conditions particulièrement difficiles. C’est une solide vivace de la famille des saxifragacées, particulièrement appréciée pour sa spectaculaire floraison hivernale. De gros bouquets blanc rosé, rose frais ou rose vif émergent de tiges courtes sur fond de rosettes de feuilles épaisses, coriaces, lustrées en forme de cœur. La plante se contente de peu de terre et seulement des eaux de pluie. Elle peut résister, même avec peu de soin. Le Bergénia n’est pas qu’une plante de cimetière. Il trouve sa place au jardin ou sur un balcon.

Parmi les plus précoces dans sa floraison, le Camélia d’automne « Yuletide » ou camélia fleur de thé fleurit de novembre jusqu’au mois de janvier. Magnifiques petites fleurs parfumées rouge vermillon intense et brillant sublimées par l’éclat d’étamines jaune doré sur fond de feuillage persistant, vert sombre lustré et très dense. Les fleurs, peu durables, se renouvellent continuellement. Idéal pour poterie ou petit jardin aussi.

Nandina domestica « Firepower » ou bambou sacré, est un bel arbuste nain au port compact et à la croissance lente. Il offre toute l’année un festival de couleurs qui évoluent au fil des saisons. Il passe du rouge cuivré au bordeaux au printemps, puis du bleu-vert au milieu de l’été, pour s’embraser en revirant au pourpre de l’automne à la fin de l’hiver. Il fleurit de juillet à septembre et fructifie en automne en grappes de baies (toxiques) rouge écarlate brillant, qui persistent jusqu’au printemps.

Fusain nain, l’Euonymus fortuni « Emerald Gold » est un arbuste touffu et compact de 30 à 40 cm de hauteur qui s’adapte à toutes les situations. Rustique à -20°C, il s’adapte à n’importe quelle exposition et dans n’importe quel sol. Son feuillage persistant vert foncé bleuté, marginé de jaune doré se teinte de rose en hiver. Particulièrement décoratif, facile à cultiver et très polyvalent, il permet de réaliser de très beaux contrastes en compagnie d’autres plantes.

Avec son feuillage chamarré, l’Abélia grandiflora « Kaléidoscope », porte bien son nom. Plante naine semi-persistante ou persistante, elle passe du vert clair et jaune doré au printemps, au rouge orangé en été puis au rouge en hiver. Très florifère, sa floraison blanc-rosé embaume tout l’été, de juin à octobre. Peu exigeant, résistant bien à la sécheresse, l’Abélia se plaît, en pot ou dans un bac, au soleil ou à mi-ombre.

par Denise Filippi

Article paru dans le Magazine immobilier.ch de novembre 2020