L’herbe des pampas, la plus spectaculaire des graminées vivaces

7 février 2021 - De longues feuilles réunies en rosettes, au centre desquelles émergent des hampes terminées par de magnifiques plumets : telle se présente l’herbe des pampas. Portrait de la plus majestueuse des graminées vivaces.

L’herbe des pampas, la plus spectaculaire des graminées vivaces

Plante herbacée vivace de la famille des Poacées, famille qui regroupe des plantes comme le blé, l’orge, le bambou et les herbes en général, l’herbe des pampas tire son nom des vastes prairies argentines dans lesquelles elle se développe tout naturellement. Cette immense graminée, plus scientifiquement appelée Gynérium ou Cortaderia selloana, à rapprocher de l’espagnol « cortadera », qui signifie « coupant », en référence aux marges tranchantes de ses feuilles, comprend une vingtaine d’espèces. Grand classique des jardins dans les années 70 à 80, elle a très vite colonisé certaines régions, et notamment le littoral breton où elle fait partie des plantes envahissantes.

Robuste autant qu’esthétique

L’herbe des pampas, installée en sujet isolé ou en compagnie d’autres graminées, apporte douceur et hauteur à une pelouse spacieuse. Elle se particularise par sa croissance extrêmement rapide, des dimensions imposantes, et ne passe pas inaperçue au moment de la floraison, de l’automne à l’hiver. En effet, ce sont des dizaines de panaches géants et soyeux (plus ou moins quarante centimètres) blanc-crème, blanc-rosé ou rose légèrement violacé selon les cultivars, qui se balancent fièrement jusqu’à près de trois mètres de haut. Les inflorescences, plus denses et plus larges sur les pieds femelles, sont d’ailleurs très largement utilisées dans la confection de bouquets secs. Il faut savoir que le taxon (genre) est considéré comme étant gynodioïque, autrement dit il y a des individus femelles et des individus hermaphrodites.

Quelques cultivars

Les cultivars commercialisés de Cortaderia selloana se différencient par leur taille, la couleur des plumets et la couleur des feuilles.

Dans la catégorie des variétés de petite taille « Splendid Star », plumets blanc argenté, ne dépasse pas le mètre vingt lorsqu’elle est en fleur. Les feuilles en forme de lanières étroites sont jaune crème, avec de fines bandes vertes. « Albolineata », plumets blanc-crème, se présente en touffe de deux mètres avec des feuilles panachées à bords jaunes. « Aureolineata » appartient à la variété des grandes tailles (de deux à trois mètres). Les plumets sont blanc-crème, les feuilles d’un beau vert franc rayé de jaune. Dans la même catégorie, « Sunningdale Silver » se pare de plumets argentés très touffus. Les feuilles, qui peuvent atteindre jusqu’à trois mètres de long, sont d’un beau vert bleuté.

Culture et entretien  

En termes de soins, l’herbe des pampas n’est pas spécialement exigeante. Si elle préfère les sols plutôt frais et riches, elle est capable, lorsqu’elle est bien implantée, de s’adapter à de nombreuses situations, aussi bien de sécheresse que de froid. La plupart des variétés sont rustiques jusqu’à moins quinze degrés.

Petit avertissement écologique : il est conseillé de couper les inflorescences avant la dispersion, pour minimiser le risque de propagation. En effet, les graines peuvent être disséminées par le vent dans un rayon de plus de vingt-cinq kilomètres. C’est la raison pour laquelle l’herbe des pampas est considérée comme une plante invasive dans toutes les régions atlantiques et méditerranéennes, ou celles à climat doux, où son extension est constatée, et, à ce titre, on la voit comme une menace pour la biodiversité. D‘autre part, même s’il existe des variétés qui se multiplient plus difficilement que d’autres, il est recommandé de contenir la croissance de cette herbe ornementale qui s’étale plutôt facilement.

par Denise Filippi

Article paru dans le Magazine immobilier.ch de février 2020