Le projet le plus important de l’histoire d’Echallens est sur les rails !

20 janvier 2021 - Le chef-lieu du district du Gros-de-Vaud lance un vaste chantier de quartier durable. Ce sont au total 410 nouveaux appartements qui vont être construits, dont 238 à louer et 113 en vente, ainsi que 59 logements à loyers abordables. A terme, le quartier accueillera quelque 800 habitants, ce qui correspond à une augmentation de plus de 10% de la population d’Echallens. Tour d’horizon.

Le projet le plus important de l’histoire d’Echallens est sur les rails !

Surprenant, mais l’on s’en souviendra certainement : le nouveau quartier a été baptisé «Osiris», en référence au dieu du Panthéon et roi mythique de l’Egypte antique, protecteur de la végétation et découvreur des céréales nourricières. Un nom choisi pour l’écoquartier du Crépon en allusion à l’histoire agricole du lieu et au renouveau vers lequel tend le périmètre. Sa conception a été confiée à trois bureaux d’architectes - Bauart, Plarel et Fehlmann - qui se sont répartis les divers lots. Ces professionnels travaillent selon une démarche commune consistant à combiner les matériaux en façade, avec une prédominance du bois, et à multiplier les décrochements afin d’éviter l’effet de barres d’immeubles.

Le quartier s’organise autour d’un cheminement central Nord-Sud, véritable colonne vertébrale du site. Cet axe débute sur une place d’accueil, puis traverse le quartier jusqu’à atteindre un belvédère qui s’ouvre sur le paysage rural du Gros-de-Vaud. Répartis de part et d’autre du parcours, 14 bâtiments s’élèveront sur quatre étages au maximum (rez, deux niveaux + attique) ; ils proposeront une mixité d’appartements de 1,5 à 5,5 pièces, ainsi que des activités et des services de proximité. Par ailleurs, un gymnase régional devrait être construit à côté de l’écoquartier. 

Aménagements paysagers à haute qualité environnementale

Tous les concepts développés dans le projet ont eu le même objectif : limiter son impact sur l’environnement et favoriser la qualité de vie et le bien-être des futurs habitants. Pour s’assurer de la cohérence d’ensemble, un architecte paysagiste - Verzone Woods - a été mandaté pour concevoir les aménagements extérieurs. Une grande diversité végétale sera présente: arbres majeurs, arbustes, haies protectrices, parc, prairies fleuries, vergers, etc. Des espaces de potagers et des aires de jeux/sports sont également prévus. La gestion de l’eau à ciel ouvert sera maximisée grâce à un système de noues et de bassins de rétention. Des refuges pour insectes et petite faune seront répartis sur l’ensemble du site, remplissant de surcroît une fonction pédagogique. Ce panel de propositions vise à générer des milieux écologiques riches, tout en favorisant la dimension sociale (appropriation, échanges et mixité intergénérationnelle).

Les bâtiments répondront au label Minergie P-Eco, ce qui assure l’atteinte d’objectifs très ambitieux en matière de performance énergétique. Le quartier sera par conséquent entièrement chauffé et alimenté en électricité au moyen de panneaux solaires photovoltaïques, ainsi que de pompes à chaleur géothermiques. L’écoquartier du Crépon comprendra 463 places de parking, pour la plupart souterraines. Des bornes de recharge pour véhicules électriques et des véhicules Mobility seront mis à disposition des habitants. Le secteur fera la part belle aux vélos, avec plus de 800 emplacements. En outre, la volonté de promouvoir la mobilité douce se matérialisera par un réseau de ruelles, venelles et chemins spécialement dédiés aux piétons et vélos. Un processus semé d’embûches Le projet d’écoquartier remonte à 2009, avec l’achat d’une parcelle par la commune d’Échallens. En mai 2017, le Plan partiel d’affectation (PPA) du «Record-Crépon Est» et son règlement, ainsi que la nouvelle route d’accès du Crépon, sont validés par les Départements concernés. En parallèle, une «Charte écoquartier» est établie à l’initiative de la Commune, représentant un complément aux dispositions réglementaires du PPA. Ce document présente dans le détail les divers domaines à prendre en compte dans la conception d’un écoquartier, tels que le bien-vivre et les activités, la gestion durable des ressources et la gouvernance. En novembre 2018, le Conseil communal approuve la vente d’une fraction de la parcelle n°1834 et l’octroi d’un droit distinct et permanent de superficie aux groupements d’investisseurs sélectionnés parmi les 27 dossiers reçus. Une mise à l’enquête publique s’ensuit, engendrant la formulation d’une vingtaine d’oppositions, dont la plupart seront retirées après des éclaircissements fournis lors de séances de concertation. En mai 2020, la Municipalité décide enfin de lever les oppositions restantes et de délivrer les six permis de construire.

L’augmentation de la surface constructible de 1600 m² entre le PPA et le projet définitif avait notamment cristallisé les reproches. Cependant, les écoquartiers labellisés Minergie-P-Eco comme celui du Crépon ont droit à une marge de 5% au niveau de la surface constructible autorisée. L’autre inquiétude des riverains concernait le trafic automobile supplémentaire engendré par la présence de 800 nouveaux habitants. Pour trouver des solutions, une étude de mobilité a été réalisée par la Direction générale de la mobilité et des routes. Notons que de nombreux résidents de l’écoquartier vont probablement prendre le train (LEB) reliant Echallens à Lausanne.

Mais c’est certain : afin de rallier définitivement à leur cause les Challensois, les partenaires d’Osiris devront encore prouver leur capacité à concrétiser les principes vertueux définis pour cet écoquartier.

par Véronique Stein

Article paru dans le Magazine immobilier.ch de décembre 2020 – janvier 2021