Morges en mutation : le quartier de la gare transforme

13 août 2020 - Sur les rives du lac, face au Mont-Blanc, la petite ville de Morges est en pleine mutation. « L’îlot sud » - périmètre situé au sud de la place de la Gare - accueillera bientôt 162 logements locatifs, ainsi que des commerces et bureaux répartis sur 22 000 m2 de surfaces de plancher. Quinze mois après le lancement du chantier, la Municipalité et le maître d’ouvrage ont célébré le début officiel des travaux de construction. L’arrivée des premiers habitants est attendue pour l’été 2021.

Morges en mutation : le quartier de la gare transforme

Entré en vigueur en décembre 2014, le plan partiel d’affectation (PPA) «Morges Gare-Sud» prévoit le réaménagement complet du quartier très fréquenté de la gare (secteur bordé par la place de la Gare, la rue Centrale, la rue du Sablon et l’avenue de la Gare). Poursuivant un objectif de densification qualitative, « l’îlot sud » remplacera les bâtiments devenus vétustes par des constructions modernes, présentant de meilleures performances énergétiques et écologiques. En outre, le nombre de logements disponibles dans ce périmètre sera multiplié par deux, passant de 76 à 162. L’îlot sud accueillera à terme quelque 400 emplois et 600 habitants.

Fin 2015, en sa qualité de maître d’ouvrage, la Société Immobilière de la Place de la Gare « A » SA a lancé un concours d’architecture en entreprise totale à deux degrés avec procédure sélective. C’est le projet développé par Implenia Suisse SA et les bureaux Fehlmann Architectes SA et Magizan SA qui a été désigné lauréat par le jury. Estimé à 90 millions, il est financé par le Fonds de placement SIMA, géré par l’UBS.

Première étape achevée

Le 5 juin 2019, en présence d’une septantaine de représentants des parties prenantes au projet, la Municipalité et le maître d’ouvrage ont posé la première pierre de l’îlot sud, marquant ainsi le début des travaux de construction. Une capsule temporelle - contenant un jeu de plans du projet, un journal du jour, une photo prise sur le vif, ainsi qu’une bouteille de vin de la région - a été ensevelie dans la dalle de béton du troisième sous-sol du futur quartier.

Après les phases de démolition, d’excavation puis de terrassement, celle de la construction à proprement parler peut ainsi démarrer. Cet été, le gros œuvre des trois niveaux inférieurs atteindra le rez-de-chaussée, avant de grimper progressivement jusqu’au 17e et dernier étage d’ici l’automne 2020.

Pièce maîtresse de l’hypercentre

« La construction forme un polygone autour d’une cour intérieure, explique l’architecte Serge Fehlmann.  L’îlot est surmonté de deux émergences, qui culmineront respectivement au 11e et au 17e étage et sont disposées de manière à éviter les vis-à-vis directs, préservant ainsi l’intimité des habitants ». L’édifice accueillera 162 logements - dont environ un tiers à loyers modérés – du studio au 5,5 pièces. Il intégrera aussi 1400 m2 de surfaces commerciales et 3800 m2 de bureaux, espaces d’ores et déjà proposés à la location. Les nouveaux appartements le seront, eux, début 2021.

Les logements profiteront d’une belle luminosité, quel que soit le moment de la journée, grâce aux loggias offrant une vue imprenable sur le lac et les Alpes, dès le 6e étage. Le lien avec l’esplanade (place de la Gare) se fera à travers un portique monumental, qui s’élèvera sur trois niveaux et abritera des commerces au rez et des bureaux sur les deux étages supérieurs. Les espaces de travail jouiront d’aménagements modulables divisibles en parcelles de 350 m2 au minimum. Le complexe disposera d’un service de conciergerie professionnelle et de places de parc privatives dans le parking.

« Nous avons accordé une attention particulière à la cour intérieure, arborisée et sécurisée. Elle sera dédiée aux habitants. C’est aussi par là qu’ils pénétreront dans leurs immeubles. Cette cour sera bien ensoleillée, puisque la façade côté lac n’a que trois étages hors sol », précise Olivier Fazan Magi, du bureau Magizan Architecture. Le parking souterrain comprendra 35 places de parc pour les deux-roues et 270 pour les automobiles, dont 30 pourront être équipées de chargeurs pour voitures électriques. Afin de favoriser la mobilité douce, 350 places de vélo seront installées, de même qu’un système d’ouverture de portes automatisées et d’accès de plain-pied pour faciliter les déplacements dans l’enceinte de l’îlot sud.

Performance énergétique et label Minergie

L’îlot sud intégrera pleinement les principes de faible consommation énergétique. L’eau du lac sera utilisée comme source de chauffage, d’eau chaude sanitaire et de rafraîchissement de température. L’ensemble immobilier certifié Minergie comprendra 1000 m2 de panneaux photovoltaïques de dernière génération, présentant ainsi une performance supérieure aux exigences du label. Comme l’indique Serge Fehlmann, « l’ensemble des panneaux photovoltaïques seront installés sur les deux toits supérieurs (émergences). Les toitures plus basses et donc visibles seront quant à elles végétalisées, ceci afin d’améliorer l’isolation thermique et la qualité de l’air, tout en favorisant la biodiversité ».

Avec ses nombreuses activités commerciales, ses espaces de travail et ses habitations, l’îlot sud représentera sans aucun doute un nouveau potentiel socio-économique pour la ville de Morges.

par Véronique Stein

Article paru dans le Magazine immobilier.ch de juillet-août 2019