Sophie Dubuis: «Clé de Rive stimulera l’économie locale»

22 février 2021 - Valaisanne d’origine, Sophie Dubuis est une femme entrepreneur chevronnée, qui a notamment occupé le poste de directrice de Bucherer Genève. Aujourd’hui présidente à la fois de la Fédération du commerce genevois et de la Fondation Genève Tourisme, elle défend le projet Clé de Rive, qui consiste à créer une vaste zone piétonne autour du rond-point, métamorphosant ce secteur névralgique de l’hypercentre, abandonné depuis longtemps à un trafic anarchique et dangereux.

Sophie Dubuis: «Clé de Rive stimulera l’économie locale»

- Si Clé de Rive est réalisé, le prolongement du cœur piéton de Genève (Fusterie, Molard, Longemalle) sera assuré. Il en va pour vous de la survie des commerces de proximité. Quel serait l’impact du projet sur l’activité économique?

- L’impact sera sans conteste très important pour l’activité économique et pour l’attractivité de Genève. Ce projet permet de soutenir le commerce de proximité. Ce sont aussi ces mêmes entreprises qui subissent directement les effets de la crise exceptionnelle que nous traversons. Dans toutes les villes et tous les quartiers qui ont connu de tels projets de piétonnisation, la fréquentation des commerces et restaurants s’est grandement améliorée. Clé de Rive permet d’améliorer rapidement un axe important de la ville, tout en garantissant son accessibilité. Laissons à chaque personne la liberté de décider comment elle souhaite accéder au centre-ville! A pied, à vélo, en deux-roues motorisé, en voiture, en transports publics, pourquoi juger? A l’heure où les ventes de voitures électriques et de deux-roues augmentent, ce projet répond au retard des accès protégés ou des bornes électriques. De plus, Clé de Rive offre une réponse positive à la problématique des trottoirs bondés de deux-roues. C’est la fin du dogmatisme et le retour d’un «mieux vivre-ensemble», la création d’espaces publics agréables, avec davantage de convivialité. Accepter les choix de chacun et cohabiter: c’est la solution pour une Genève qui plaise à tous!

- Le projet contribuerait également à l’attractivité de Genève pour les touristes. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi?

- Il est toujours important de relever qu’une ville agréable pour ses résidents séduit également les touristes. Ce projet renforcera encore la beauté du centre-ville, dans la continuité des Rues basses, à quelques pas de notre magnifique Vieille Ville et du lac. Là aussi il est essentiel de permettre une accessibiilté mixte, car tous les touristes ne viennent pas forcément de loin ou en transports publics. Il y a ceux qui passent juste une journée ou une nuit et continuent leur chemin. Les Suisses allemands ou les Français ne prennent pas forcément le train lorsqu’ils habitent en campagne. Pour la promotion de Genève, avoir un centre-ville attractif et accessible, avec moins de véhicules en surface, est une aubaine. Inviter les touristes à déambuler au centre-ville et les accueillir avec sympathie, voilà notre objectif!

- Quel est à vos yeux un exemple réussi de réappropriation de l’espace public en faveur de la mobilité douce?

- J’aime donner l’exemple de Berne car, bien qu’ayant grandi à Fribourg, j’ai eu la chance de vivre le développement du centre-ville de Berne et la dynamisation de ses arcades. Le marché ouvert - comme pour le projet de Clé de Rive - a joué un rôle essentiel dans la création de ce centre-ville exemplaire, tant pour ses habitants que pour ses visiteurs. Un lieu privilégié où les habitants, les touristes et les passants se retrouvent dans un esprit convivial et simple, avec comme seule préoccupation le plaisir de cohabiter! 

Propos recueillis par Véronique Stein