Sur le chemin de Belle-Terre

11 novembre 2020 - Quelque 710 visiteurs - riverains et futurs usagers – ont répondu présent au Café chantier qui s’est tenu fin septembre dans le quartier de Belle-Terre. Initié pour la seconde fois par la commune de Thônex, l’événement a été l’occasion d’échanger de manière informelle sur l’un des plus grands projets actuellement en cours de réalisation dans le canton de Genève.

Sur le chemin de Belle-Terre

Avec un peu d’imagination, on devine déjà la vie qui se développera dans ce vaste périmètre de 38 hectares, autrefois terres agricoles. La première étape du quartier Belle-Terre, sur le lieu-dit des « Communaux d’Ambilly » car le projet est bien en Suisse sur la Commune de Thônex, comprend 670 logements locatifs et en PPE, une école, ainsi que des bureaux et commerces répartis dans 14 immeubles. La conception de ces bâtiments à très haute performance énergétique est le fruit du travail de quatre bureaux d’architectes de renom; ces derniers ont décliné des volumes et hauteurs variés, toutefois cohérents dans leurs tons clairs et leur aspect sobre.

Le gros œuvre des « pièces urbaines » (A2 + B) et du groupe scolaire est aujourd’hui terminé. Le mail central, espace de déambulation d’un kilomètre de long, et le nouveau maillon routier marquent déjà le territoire de leur empreinte. A cette première phase, qui s’achèvera au second semestre 2021, succédera la construction d’autres bâtiments. Le quartier totalisera 2600 logements dans un horizon défini à 2030.

CI Conseils, la division spécialisée dans l’assistance à maîtrise d’ouvrage du Comptoir Immobilier, est en charge du pilotage et de la coordination de l’opération dans son ensemble.

Vivre ensemble

Belle-Terre vise à favoriser la mixité sociale, culturelle et intergénérationnelle. Pour ce faire, diverses catégories de logements sont proposées, destinées en partie aux Thônésiens ; s’ajouteront des commerces, services de proximité et équipements publics. Dans le cadre de la première étape, les 98 appartements vendus en PPE ont tous rapidement trouvé preneur, cela dès l’ouverture de leur commercialisation en avril 2019. Pour ce qui est de la location, les pré-inscriptions ont débuté lors du café chantier; les personnes intéressées ont afflué aux stands pour s’inscrire ou se renseigner sur les logements disponibles. Il s’agira de 572 appartements de 2 à 7 pièces, de type HM, LUP et ZDloc.

Tous dotés de loggias, les appartements offrent des vues panoramiques sur les massifs environnants. Quant au groupe scolaire (11 500 m2 de surface brute de plancher), il comprend - outre ses 17 salles de classe - des espaces destinés au parascolaire, ainsi qu’une triple salle de sport.

Développement concerté

Le projet est le fruit d’une longue collaboration entre divers acteurs : le groupement de développeurs Batima-C21 SA, les services de l’Etat de Genève, les représentants des communes concernées, les riverains et les associations. « La trame paysagère est le socle à partir duquel s’est construit le projet, a affirmé Yannos Ioannides, directeur de CI Conseils au Comptoir Immobilier. Et si nous avons aujourd’hui un résultat de qualité, c’est parce que nous avons eu la chance d’avoir des débats très vifs, sources de créativité et de consensus forts ». Ce travail de «co-conception» a notamment permis de forger une complicité entre les maires - libéral et vert - des deux communes voisines, Pascal Uehlinger (Thônex) et Guillaume Mathelier (Ambilly). Le projet a évolué au cours du temps, avec l’implication de plus de 100 spécialistes.

Dès les prémices, une charte de qualité a servi de fil conducteur, à laquelle se sont ajoutées une charte d’aménagement des espaces publics et une charte de développement durable, inspirées des 10 principes « One Planet Living » (WWF). A l’issue d’un mandat d’études parallèles d’urbanisme, l’Atelier Bonnet Architectes a été sélectionné pour élaborer le plan de la première pièce urbaine. En parallèle, le groupement Ar-Ter/ EDMS a développé le projet d’espaces publics. Les projets d’architecture des bâtiments ont été menés sous la forme de workshops afin de partager des enjeux de qualité et sont actuellement en cours de réalisation.

Une démarche environnementale forte

Des espaces communs aux ambiances contrastées seront aménagés : mail central bordé d’arbres, esplanades, cours champêtres, verger, noues paysagères reliées aux rivières la Seymaz et le Foron, etc. « En tout, 50% des surfaces du quartier sont dédiées à la nature, précise Yannos Ioannides. Quelque 450 nouveaux arbres seront plantés sur le domaine public, auxquels s’ajouteront une forêt « participative », un verger, le verdissement des jardins et diverses esplanades au sein des pièces urbaines. L’espace à caractère forestier verra le jour, invitant les citoyens et entreprises locales à s’engager pour créer ce nouvel écosystème, lui aussi propice à la biodiversité ».

A Belle-Terre, la part belle est faite à la mobilité douce, avec de généreux trottoirs, des pistes cyclables dédiées et une promenade d’environ 14 mètres de large. Les bus pourront également transiter par le mail central, alors que le stationnement en surface sera exclu au profit des parkings en sous-sol. Ces derniers seront dotés d’un pré-équipement permettant à chacun de recharger son véhicule électrique. La proximité avec les deux gares du Léman Express de Chêne-Bourg et d’Annemasse mettra le quartier en connexion avec l’ensemble de la région.

Grâce à la géothermie et aux installations photovoltaïques, le quartier sera alimenté à 90% par des énergies renouvelables, tendant vers un site « zéro carbone ». Noues, toitures végétalisées et surfaces perméables contribueront à la rétention des eaux pluviales. Notons enfin que la quasi-totalité des matériaux excavés ont été réutilisés sur le site, ou réemployés dans d’autres projets tels que la plage des Eaux-Vives, évitant ainsi de très nombreux déplacements et des mises en décharge.

Si l’enthousiasme était de mise à ce Café chantier automnal, certaines préoccupations se sont fait sentir: est-ce que je vais obtenir un logement? Quels seront les commerces et services de proximité? Vais-je vivre dans un quartier à échelle humaine ? Les riverains, quant à eux, se sont montrés soucieux de l’achèvement des travaux liés aux axes routiers environnants. L’accompagnement des habitants ne s’arrêtera pas là. Comme le souligne le responsable de CI Conseils, «la gestion urbaine est un processus continu». Quant au portage politique du projet, il est d’ores et déjà assuré, puisque les mêmes instances communales ont été réélues pour la prochaine législature !

par Véronique Stein

Article paru dans le Magazine immobilier.ch d'octobre 2020 

------------------------------

Enclave agricole dans une zone pavillonnaire

En 1816, la signature du Traité de Turin, qui a établi la frontière entre le royaume de Sardaigne et le canton de Genève, place les Communaux à Thônex (Suisse), tout en demeurant la propriété d’Ambilly, bourgade haut-savoyarde voisine (France). Dès lors, les maraîchers ambilliens y font pousser leurs cultures nourricières. En 1970, dix hectares sont vendus à l’Etat de Genève ; il faudra toutefois attendre 2011 pour que le solde soit mis à disposition des développeurs, Batima (Suisse) SA et C2I-Comptoir d’Investissements immobiliers SA, via principalement la vente et des droits de superficie. Dès lors, les terrains, déjà classés en zone 5 (villas) mais encore utilisés pour l’agriculture, ont été déclassés en zone de développement 3, ouvrant la voie aux projets de construction.