Ville de Carouge : un Théâtre pour les générations à venir

3 septembre 2020 - La reconstruction du Théâtre de Carouge bat son plein : les travaux se termineront d’ici quelques mois pour céder la place aux représentations dès l’automne 2021. Durant le chantier, c’est à la rue Baylon que le théâtre éphémère « La Cuisine » a pris ses quartiers. Le nouveau bâtiment, construit à l’emplacement de l’ancien, regroupera toutes les activités de l’institution, jusqu’alors dispersées sur plusieurs sites. Un projet qui perpétuera la tradition d’un théâtre de création.

Ville de Carouge : un Théâtre pour les générations à venir

Avec sa façade en briques, le Théâtre s’élèvera, dans sa partie la plus haute, à 24 mètres. Il sera doté de deux salles de spectacle (480 places et 135 places) et comprendra également des ateliers de création, ainsi que les bureaux de l’administration. La grande scène ne sera plus enterrée comme dans l’ancien théâtre, mais installée à hauteur de rue, ce qui facilitera les circulations, notamment durant le montage et le démontage des spectacles. Sur les 54 millions de francs dégagés pour le projet, 41 millions reposent sur les collectivités publiques (Ville de Carouge, Etat de Genève, Association des Communes Genevoises), le reste provenant de dons privés collectés par la Fondation du Théâtre de Carouge. Après de nombreux rebondissements, les Carougeois ont opté en faveur de la reconstruction du Théâtre (votation du 24 septembre 2017).

Fabrication de spectacles

Construit en 1972, le Théâtre de Carouge-Atelier de Genève (TCAG) ne répondait plus aux critères de fonctionnement d’un théâtre contemporain. L’éclatement des activités en plusieurs lieux – salles de spectacle et de répétition, administration, billetterie, ateliers, dépôts de costumes et de décors – conduisait à des coûts élevés de fonctionnement et à une exploitation difficile. « A l’image d’un iceberg, la partie visible – à savoir la salle François-Simon à la rue Ancienne 39 – était bien moindre que celle immergée, correspondant aux surfaces supplémentaires en location. C’est dans cette partie immergée de l’iceberg que nous avons préparé, pendant des décennies, les spectacles présentés dans la grande salle », explique le metteur en scène et comédien Jean Liermier, directeur du TCAG.

Le bâtiment principal, outre des problèmes conceptuels et structurels, était dans un état de vétusté important. De lourds travaux de rénovation, concernant en particulier l’étanchéité, la mise aux normes énergétiques, le chauffage, la ventilation/climatisation et les sanitaires, s’avéraient nécessaires. Quant à la grande salle, sa scène empêchait une visibilité optimale (hauteur insuffisante) et entravait l’utilisation d’équipements modernes (monte-charge nécessaire pour déplacer les décors).

Pôle d’innovation culturelle

En janvier 2011, la Ville de Carouge lança un concours d’architecture afin de repenser le site du Centre communal, comprenant la Salle des fêtes, le Théâtre et les deux places adjacentes. Les candidats avaient la possibilité d’une transformation impliquant la démolition partielle ou totale des bâtiments existants. Parmi les 32 projets rendus, le lauréat – dénommé Swan – est l’œuvre du bureau d’architectes lausannois Pont 12. Il prévoit la conservation et transformation de la Salle des fêtes, qui subsiste en tant que bâtiment indépendant. Le Théâtre, en revanche, ne peut être rénové de manière économique : il est voué à être démoli et remplacé par un nouveau bâtiment de qualité. L’insertion du projet dans le site se fait en adéquation avec le contexte urbain environnant ; la volumétrie proposée, très différenciée, participe de la mise en valeur du tissu existant.

L’espace public, agrémenté d’accès distincts à la Salle des fêtes et au Théâtre, contribue à renforcer l’identité de l’esplanade ; cette dernière fonctionnera comme un lieu d’animation et de festivités. Le bureau Pont 12 propose de regrouper, sur une surface de 5200 m2, les 2250 m2 de locaux jusqu’à présent loués par le Théâtre et de réaliser une grande salle de type frontal, avec une scène de 364 m2 (contre 222 m2 auparavant), ainsi que des loges et des espaces techniques. Dès l’entrée, le public bénéficiera de vastes espaces conviviaux : réception, vestiaires, foyer, bar, restaurant, etc. Enfin, une petite salle modulable, ainsi qu’une salle de répétition, des espaces de travail et des bureaux, sont prévus. Selon une même logique de regroupement, le nouveau théâtre bénéficiera d’ateliers de construction et de dépôts pour son stock de costumes, ses accessoires et son matériel audiovisuel.

Le jury du concours a été séduit par le projet Swan pour ses qualités fonctionnelles et organisationnelles. Comme le résume Jean Liermier, « nous avons particulièrement apprécié le fait de mettre au centre la cage de scène de la grande salle et le hall de montage avec une passerelle, utile pour les artisans, mais aussi pour assurer les circulations de tout le 1er étage. Cet étage supérieur accueillera les bureaux, loges et la technique, ceci avec un éclairage zénithal bien pensé ; il offrira un lieu d’une grande convivialité pour les collaborateurs du Théâtre ». Le concept architectural offre, sur le plan énergétique et du développement durable, des propositions cohérentes.

Pour les équipes techniques et artistiques qui y travailleront, ce Théâtre sera un accélérateur de particules d’imagination. Et une promesse pour le public de beaux moments d’émotion partagée !

par Véronique Stein

Article paru dans le Magazine immobilier.ch de juillet-août 2020