Prévisions des taux hypothécaires en juin 2019

20 juin 2019 - Les droits de douane et le contexte politique incertain continuent d’assombrir les prévisions pour l’économie mondiale. L’économie suisse des exportations ne pourra pas non plus échapper à cette évolution. A fin mai, le taux indicatif moyen pour les hypothèques à taux fixe à 10 ans termine à son plus bas niveau avec 1,25%.

Prévisions des taux hypothécaires en juin 2019

SITUATION MACROECONOMIQUE

L’économie mondiale affiche ses plus faibles prévisions de croissance depuis 30 ans

Les perspectives conjoncturelles restent modérées. Pour cette année, l’OCDE a baissé ses prévisions pour la croissance économique mondiale à 3,2% en moyenne. Quant aux prévisions de l’année prochaine, elles restent inchangées à 3,4%. Si ces prévisions s’avéraient exactes, nous serions confrontés aux plus faibles taux de croissance depuis 30 ans. Parmi les circonstances expliquant le bas niveau de ces prévisions, nous retrouvons les droits de douane plus élevés entre les États-Unis et la Chine, des droits de douane supplémentaires sur les échanges commerciaux entre les États-Unis et l’UE ainsi qu’un refroidissement conjoncturel plus prononcé en Chine. Les incertitudes qui persistent autour du Brexit et les risques financiers en raison de l’endettement élevé en Europe pourraient également ralentir la croissance.

La Suisse est également influencée par l’économie mondiale

L’économie suisse affiche jusqu’à présent une croissance solide pour cette année. Au premier trimestre, le produit intérieur brut (PIB) a enregistré, à la surprise générale, une hausse de 0,6% par rapport au trimestre précédent, et même une hausse de 1,4% par rapport à l’année précédente. Cette croissance a été soutenue par toutes les composantes du PIB. Pourtant, les prévisions de l’économie suisse sont elles aussi assombries. L’industrie suisse des exportations notamment ne pourra pas non plus échapper à l’impact des incertitudes à l’échelle mondiale et plus particulièrement à celles liées au litige commercial.

EVOLUTION DES TAUX D'INTERET DU MARCHE DES CAPITAUX

Les coûts de garantie des crédits (swap) ont fortement diminué

Après le recul conséquent des taux swap au mois de mars dernier et la stabilisation qui a suivi en avril, les taux swap à long terme ont créé la surprise en chutant de nouveau de manière conséquente au mois de mai. Le taux à 10 ans a perdu 19 points de base en l’espace d’un mois et se situe désormais à -0,12%, son nouveau niveau le plus bas depuis 24 mois. La cause de ce recul est éventuellement à chercher dans les incertitudes politiques qui grèvent le climat économique mondial : contre toute attente, le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine joue les prolongations et l’issue du Brexit est toujours totalement floue. Par ailleurs, aucun indicateur ne semble susceptible d’annoncer une prochaine recrudescence des craintes liées à l’inflation.

Le taux indicatif à 10 ans n’a jamais été si bas

Le recul des taux swap entraîne également une baisse des taux indicatifs : le taux d’intérêt moyen pour les hypothèques à taux fixe à 10 ans s’élève fin mai à 1,25%, le taux le plus bas jamais constaté chez MoneyPark. Concernant les hypothèques à taux fixe à 5 ans, elles perdent également 4 points de base et se situent désormais à 1,01%.

Élargissement de la marge et des fourchettes

Les partenaires de financement ont légèrement élargi leur marge hypothécaire au mois de mai puisqu’ils n’ont pas reporté toutes les baisses des taux swap sur les taux d’intérêt client. Les fourchettes entre le prestataire le plus cher et le prestataire le moins cher se sont également élargies : tandis que le prestataire le plus cher a laissé ses conditions au niveau du mois précédent, le prestataire le moins cher les a baissées de manière disproportionnée. Une hypothèque à taux fixe à 10 ans peut donc être conclue à 0,78% avec une bonne solvabilité (–7 points de base), une hypothèque à taux fixe à 5 ans à 0,55% (–8 points de base).

PREVISIONS

Les taux hypothécaires restent avantageux

Aucun signe annonciateur d’une augmentation significative des taux avant l’été de l’année prochaine. Les prévisions pour l’économie mondiale – excepté les États-Unis – restent faibles. Le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine n’est pas résolu et les prévisions mondiales de l’inflation demeurent à un faible niveau. Ce contexte incite la BCE et, dans son sillon, la BNS à poursuivre leur politique monétaire assouplie.

C’est pourquoi nous n’ajustons nos prévisions sur le long terme que de manière très marginale : pour les hypothèques à taux fixe à 5 ans, nous attendons d’ici la fin de l’année un taux d’intérêt compris entre 1,05% et 1,20% (auparavant entre 1,10% et 1,25%), et pour les hypothèques à taux fixe à 10 ans nous attendons un taux d’intérêt entre 1,30% et 1,60% (auparavant entre 1,35% et 1,65%).

RECOMMANDATION

L’évolution des derniers mois est sans équivoque : malgré le bas niveau des taux d’intérêt, les taux hypothécaires peuvent rester volatiles et céder ou gagner 10 à 20 points de base dans un laps de temps très court. Si les prévisions conjoncturelles viennent à évoluer ou en cas de recrudescence à court terme des craintes liées à l’inflation, les taux hypothécaires auront tôt fait de retrouver le niveau de février 2019, quand les taux du marché des capitaux à long terme affichaient quelque 20 points de base supplémentaires. Par conséquent, il serait judicieux de profiter des actuelles baisses vers le bas pour des conclusions tactiques d’hypothèques à taux fixe avec des échéances longues.